Tous les articles par Ines Horchani

Une expérience d’écriture rebelle. Conférence d’Ines Orchani à Cerisy.

Lien de la conférence :

https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/7656

Inès Horchani enseigne la littérature à la Sorbonne Nouvelle depuis 2006 et a pour nom de plume Ines Orchani. Agrégée de langue arabe, Inès Horchani est la co-auteure de Marhaba Grand manuel d’arabe (Dunod, 2022, 592 pages). Elle a par ailleurs traduit une vingtaine d’auteurs/autrices arabophones. Ines Orchani a publié Gazelle Théorie, chez Fayard, dans la collection “Pauvert”, dans le sillage de King Kong Théorie de Despentes. Sous le pseudonyme NES, aux éditions Les Centres du Monde, elle a fait paraître deux recueils de poésie trilingue arabe-français-anglais, intitulés Lâm et Sîn. Sa nouvelle “L’homme de lointaine tendresse et de silence” obtient le Prix spécial du jury du jeune écrivain francophone, son poème “La femme au miroir” figure dans l’Anthologie de la poésie mondiale (Éditions Caractères, 2021), et Gazelle Théorie est sélectionné pour le prix Livre et Droits humains. Ses recherches actuelles portent sur la sécularisation des textes sacrés, sur la fonction critique de la poésie et sur la place du poète dans l’espace public.

Résumé de la communication

En interrogeant l’espace vide entre “écrits” et “rebelles”, Orchani propose un retour à l’expérience d’écriture rebelle. En tant que chercheuse, mais aussi en tant qu’écrivain, elle s’essaie ici à une phénoménologie de l’écriture rebelle. Elle se demande si l’on peut écrire et se rebeller en même temps, si l’on peut écrire au lieu de se rebeller, et s’il existe un âge de la rébellion. Ces questions liées à l’expérience rebelle conduisent Orchani à revenir aux formes de l’art rebelle. La rébellion, allant de l’antinomie à l’anomie, de l’anticonformisme à l’invention de formes nouvelles. Orchani montre qu’il n’y a peut-être pas d’écrits rebelles, mais seulement de l’écriture rebelle. Parce que l’écrit, dans sa forme recevable, définitive, est figé, assagi. En partant d’exemples francophones, arabophones et anglophones, et de l’expérience de Gazelle Théorie, Orchani conclut que la rébellion et l’amour sont deux exceptions à l’intentionnalité chère à la phénoménologie : l’amour serait une inconscience de (expérience du tout objet) et la rébellion serait une prise de conscience sans objet (expérience du tout sujet). Car le rebelle dit “je”. Ce “je” n’est pas nécessairement un “ego”. Il peut l’être, parce l’ego est l’expérience première du soi, mais lorsque le rebelle dit “je”, puis lorsqu’il l’écrit, c’est de façon plus réflexive qu’égocentrée. Car ce “je” est un “soi” qui tend vers le “nous”. Un “je” qui déborde, et qui dépasse l’indicible humiliation. Orchani parle ici d’ipse, d’un soi comme conscience commune, nourrie d’expériences singulières.